Analyse des variables ISIs, Oreille indicée et Nature des indices d’orientation

Psychologue enfance › Thèse › Rôle de la spécialisation hémisphérique : étude préliminaire auprès d’une population adulte › Résultats › Analyse des variables ISIs, Oreille indicée et Nature des indices d’orientation

Nous avons constaté que les performances d’identification des participants n’ont pas été affectées par la nature des indices d’orientation de l’attention, et ce dans leurs deux oreilles, F(1,32) = 2.1, p = .15, η2 = 0.21. Les indices sonores, comme les indices verbaux, ont permis aux participants d’identifier les stimuli cibles avec la même efficacité. Cette absence de différence ne peut, cependant, pas être attribuée à l’association avec des ISIs optimaux car aucune interaction significative entre ISIs et indices n’a été observée, F(1,32) = 3.11, p = .09, η2 = 0.089, ni aucun effet simple des ISIs, F(1,32) = 0.15, p = .7, η2 = 0.005. Les analyses ont toutefois mis en évidence une interaction significative entre les variables Oreille indicée et ISIs, F(1,32) = 6.61, p = .01, η2 = 0.17, bien que les performances d’identification aient été similaires dans les deux oreilles pour le plus long des ISIs (650 ms), t(34) = 1.17, p = .25, d de Cohen = 0.27. Le plus court des ISIs (100 ms) a, lui, favorisé les performances d’identification dans l’oreille gauche par rapport à l’oreille droite, t(34) = 2.54, p = .02, d de Cohen = 1.02 (voir Figure 6.1).

[IMAGE]

Figure 6.1 : Taux moyen de réponses correctes (en %) et écarts-types en fonction des ISIs et de l’âge. OG : oreille gauche, OD : oreille droite.