Applications de la situation d’écoute dichotique aux pathologies neuro- développementales

Psychologue Créon › Thèse › Applications de la situation d’écoute dichotique aux pathologies neuro- développementales › Un exemple : la dyslexie › Définition

Un exemple : la dyslexie

Définition

La dyslexie est le trouble le plus fréquent des troubles spécifiques de l’apprentissage, elle toucherait 6 à 8 % des enfants d’âge scolaire (INSERM, 2007). En tant que trouble neuro- développemental, la dyslexie implique un développement atypique du cerveau des individus atteints qui conduit à des difficultés d’acquisition du langage écrit. La dyslexie consiste en une difficulté durable d’apprentissage de la lecture et d’acquisition de son automatisme, chez des enfants intelligents, normalement scolarisés, indemnes de troubles sensoriels. Ainsi, pour être diagnostiqué comme dyslexique, l’écart relevé entre les réalisations scolaires d’un individu en lecture et ses potentialités intellectuelles mesurées par une échelle d’intelligence (QI) ne doit être explicable ni par un déficit intellectuel, ni par un déficit sensoriel ou moteur, ni par des facteurs psycho-sociaux. Quel que soit l’âge de l’élève, celui-ci devrait avoir un écart d’au moins 18 mois à 2 ans entre son âge mental présumé aux tests d’intelligence et l’âge qu’il obtient aux tests de lecture standardisés pour être diagnostiqué comme tel.

Il existe plusieurs types de dyslexie dont les manifestations cliniques recouvrent des mécanismes distincts. L’objet de ce présent travail n’étant pas spécifiquement axé sur l’étude de cette pathologie, nous ne serons que très bref dans la présentation de ses différentes manifestations. Deux grandes variétés de dyslexies sont distinguées: les dyslexies phonologiques et les dyslexies visuelles. Associées chez un même enfant, elles portent le nom de dyslexie mixte. Pour comprendre la symptomatologie particulière associée à ces deux types de troubles, il est nécessaire d’aborder les fonctions impliquées dans le langage à travers les modèles cognitivistes (voir Figure 7). Une atteinte de la voie d’assemblage entraine une dyslexie phonologique alors qu’une atteinte de la voie d’adressage entraine une dyslexie visuelle ou « de surface » (Mazeau, 2005).

[IMAGE]

Figure 7. Adaptation du modèle des logogènes (Patterson & Shewell, 1987) ou modèle de lecture dit « à deux voies ».

  1. Un exemple : la dyslexie
    1. Définition
    2. Résultats de la neuro-imagerie
    3. Données issues de la situation d’écoute dichotique
  2. Un autre exemple : le trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH)
    1. Définition
    2. Résultats de la neuro-imagerie
    3. Données issues de la situation d’écoute dichotique

« Chapitre 3. Écoute dichotique et contrôle cognitif | Chapitre 5.  Objectifs de l’étude »