Le modèle du filtre attentionnel de Broadbent (1958)

Hypnothérapeute › Thèse › L’attention › L’attention et le traitement de l’information › Le modèle du filtre attentionnel de Broadbent (1958)

Broadbent est un chercheur pionnier dans le champ de l’attention sélective. En effet, cet auteur est l’un des premiers à s’être intéressé à ce processus attentionnel (1958, 1970). Il décrit le traitement de l’information comme un processus de filtrage intervenant après le traitement sensoriel et avant le traitement perceptif, et permettant de bloquer l’information inattendue afin de n’autoriser que le passage des informations attendues. Ce processus a pour objectif d’éviter de surcharger le système global. Ainsi, si toutes les informations sont encodées et analysées en parallèle au niveau de leurs caractéristiques physiques (traitement sensoriel), ces informations ne peuvent être réellement « perçues » que si elles sont triées et sélectionnées par le filtre attentionnel (voir Figure 1).

[IMAGE]

Figure 1. Le modèle structural de Broadbent (1958)

Comme évoquée ci-dessus par le biais de la Figure 1, la conception de cet auteur s’articule autour de deux systèmes de traitement distincts, séparés par un filtre : le système sensoriel (S) et le système perceptif (P). À cause du travail en parallèle de l’ensemble des canaux sensoriels, le système sensoriel (S) analyse l’ensemble des caractéristiques des stimulations. Ainsi, la perception de deux stimulations distinctes parvenant à nos deux oreilles constitue déjà à elle seule deux sources d’informations différentes. Ces informations sont alors codées pour être ensuite transmises au système perceptif (P) qui est chargé de les identifier une par une. Ceci est sans compter sur le filtre attentionnel, situé entre ces deux systèmes, qui a pour charge de ne laisser passer qu’une seule information à la fois et qui constitue en quelque sorte le processus d’attention.

Ce modèle de filtre attentionnel n’indique en aucune façon une facilité directe de traitement de l’information. Nous comprenons que l’information ne pourrait être traitée que grâce au blocage des éléments distracteurs au niveau du filtre. Dans ce modèle donc, le traitement de l’information serait issu d’une sélection préalable de l’information attendue, à la suite d’un tri perceptif. Dès lors, la facilité du traitement de l’information au sein de ce modèle est indirecte, car elle résulte du blocage des éléments inattendus. Le modèle de Broadbent est aujourd’hui remis en question. Des études réalisées en situation d’écoute dichotique montrent en effet que des stimuli perçus dans l’oreille inattentive peuvent être mieux traités que des stimuli perçus dans l’oreille attentive. Par exemple, l’étude de Moray (1959) rapporte que des participants sont en mesure de reconnaître l’évocation de leur nom lorsque celui-ci apparaît dans leur oreille inattentive.