Orientation exogène de l’attention à l’aide des indices sonores

Psychologue La Sauve  › Thèse › Écoute dichotique et contrôle cognitif › Manipulation des processus top-down › Orientation exogène de l’attention à l’aide des indices sonores

Outre les consignes orales données aux participants dans le paradigme d’« attention forcée » et renvoyant à une orientation de l’attention de type endogène (Posner & Petersen, 1990), Bryden (1978) et ses successeurs (Mondor & Bryden, 1991, 1992 ; Donnot, Phélip, Blättler, & Vauclair, sous presse) ont montré que des signaux sonores, orientant l’attention de manière exogène, modulaient de la même manière l’effet bottom-up de l’avantage de l’oreille droite lors de l’identification de syllabes CV. En utilisant ces indices sonores et en modulant le temps de latence entre le début d’apparition des indices et le début d’apparition des stimuli, Mondor et Bryden (1991, 1992) ont montré que la force de l’avantage de l’oreille droite pouvait également être manipulée par une orientation exogène de l’attention sollicitant, elle, des processus ascendants. En détection de syllabes CV, ces derniers auteurs ont observé un déclin progressif de l’avantage de l’oreille droite en condition FL pour des SOAs (Stimulus Onsets Asynchrony) allant de 150 ms à 450 ms, ce déclin restant constant pour des SOAs de 750 ms. Ainsi, en introduisant des indices sonores, Mondor et Bryden (1991, 1992) ont démontré que la résolution de conflits cognitifs pouvait également s’opérer lors de la sollicitation de processus attentionnels bottom-up. Ces résultats ont été confirmés par de nombreuses recherches ultérieures (e.g., Obrzut, Hogersheimer, & Boliek, 1999; Obrzut, Mondor, & Uecker, 1993; Voyer & Flight, 2001).