Tâche d’écoute dichotique émotionnelle

Hypnothérapeute Créon › Thèse › Orientation de l’attention et latéralisation hémisphérique du traitement des stimuli › Matériel et méthode › Tâche d’écoute dichotique émotionnelle

Pour favoriser une meilleure comparaison des résultats enfants / adultes, nous avons repris la même procédure de création des tests dichotiques que celle utilisée dans l’étude 1 (voir chapitre 6.2.4.). Deux cent quarante paires dichotiques ont été créées, combinant la nature des indices utilisés (sonores et verbaux), l’oreille indicée (gauche et droite), le délai de latence (100 ms et 650 ms), les trois intonations émotionnelles (joie, colère et neutre) ainsi que les cinq phrases utilisées. Toutefois, pour limiter le nombre d’essais à identifier par individu, nous avons choisi de construire cinq blocs de stimuli différents de 48 essais chacun ; chaque individu n’avait à répondre qu’à un seul bloc. Ces blocs n’ont différé que par la phrase associée à chaque paire dichotique ; en d’autres termes, nous retrouvons au sein de chaque bloc toutes les phrases ainsi que toutes les paires dichotiques, mais l’association paire dichotique/phrase diffère de bloc en bloc. Nous avons effectué un contrôle supplémentaire de la baisse attentionnelle en divisant en deux parties de 24 essais chacune le test dichotique ; 24 essais d’une partie comportaient les indices sonores et les 24 autres les indices verbaux. Nous avons bien entendu contrôlé l’effet des blocs et des deux parties.

Les conditions de présentation et d’enregistrement des réponses sont également restées identiques à celles utilisées avec les adultes (voir chapitre 6.2.4.). Les enfants ont été testés séparément dans une salle de classe vide et calme. Pour chaque réponse, nous avons enregistré la touche sélectionnée ainsi que le temps de réponse des participants. Les réponses ont été analysées en terme de taux moyen de réponses correctes pour chaque participant et chaque condition d’orientation d’après le ratio suivant : nombre de réponses correctes / nombre total de réponses. Les erreurs comptabilisent les réponses provenant de l’oreille non indicée et les mauvaises identifications des intonations émotionnelles. Nous avons exclu de nos analyses les omissions, à l’inverse de notre étude précédente auprès des adultes. En effet, nous avons constaté pendant la passation que des participants choisissaient délibérément de ne pas répondre à certains essais dichotiques ; nos observations nous ont amenés à penser que ces omissions pouvaient ainsi être assimilées aussi bien à une incapacité d’identification du bon stimulus qu’à une fuite attentionnelle momentanée.